La maison « Rougé »

Nature de la protection

Mention au casier archéologique, ancienne porte murée, en arc brisé avec écu en relief, restaurée dans les années 2000.

Epoque de construction

Inconnue, probablement au XIVème siècle

Etat de conservation

Médiocre, l’écu est bûché. La partie droite de l’arc avait été mutilée par le percement d’une porte moderne. La porte a été restaurée par le propriétaire actuel des lieux.

Matériaux de construction

Grès éocène, qualité dure mais à gros grains. Provenance probable : Roquetaillade.

OLivier 3

Historique

A défaut de plans et de compoix anciens, le seul document qui pourrait permettre d’identifier cette maison est un cahier de reconnaissances de 1657, en faveur de Monseigneur Nicolas PAVILLON Evêque d’Alet et seigneur du lieu.

Ce texte permet d’affirmer que cette maison n’était pas le Presbytère qui se trouvait alors au sud ouest de l’église (maison Goncalves). C’était probablement la maison de Pierre SEGUIER. Le texte rappelle une reconnaissance antérieure, consentie en 1552 par Arnaud SERVIEZ. La surface était de 23 cannes (73 mètres carrés).

Exterieur 4

Description sommaire

Quoique cette façade ait été dans un premier temps très mutilée, puis par la suite restaurée, on peut encore constater qu’elle était assez bien appareillée, s’ouvrant sur la rue à la base par un large portail en arc brisé. La clé, au sommet de l’arc est sculptée d’un écu en relief suspendu (le lien n’est pas retordu) contrairement aux écus de l’église voisine. Le blason a été bûché. L’encadrement intérieur de l’arc n’est pas chanfreiné.

1