Le Jardin Public

Une émeraude en plein cœur de notre village.

Longtemps le jardin public et plus communément appelé le « Monument aux Morts » est resté fermé aux Loupianais. Les villageois ne venant dans le jardin qu’une fois l’an pour assister au discours de la Municipalité lors de la fête du village organisée aux alentours du 14 juillet.

Peut on le dater ?

Il n’y a aucune trace dans les archives d’un projet d’aménagement de jardin public. Par contre, il peut facilement être daté du début du 20eme siècle, juste après la Grande Guerre. Le jardin aurait donc 100 ans.

Toute l’organisation et la construction des allées du jardin, ont été organisées autour de la pièce centrale, la stèle dédiée à la Grande Guerre de 14 – 18.

4

IMG_1029      5

7

L’évolution du « Monument aux morts » en jardin public

Le Monument s’est ouvert au fil du temps petit à petit aux Loupianais. Des apéritifs de mariage ou fêtes sont organisés durant la période estivale sur la partie haute du jardin. Des terrains de pétanque ont commencé à grignoter la partie basse. Des bancs pour discuter à l’ombre des platanes ont été installés. Toutes ces évolutions ont permis aux Loupianais de s’approprier toujours un peu plus ce lieu longtemps interdit.

L’aménagement du Jardin

Il y a quelques dizaines d’années, le jardin ressemblait a s’y méprendre à un jardin à la française. En effet, les tailles prenaient la forme de cônes, pyramides, boules, créant le sentiment d’un labyrinthe avec de véritables sculptures. Même des palmiers ornaient le Jardin public.

FullSizeRender

Les boules, les pyramides, les palmiers ont petit à petit disparu…..

Le jardin public de Loupia a un caractere exceptionnel et unique dans l’Aude compte tenu de la taille du village. Un joyau à préserver !

Danger immédiat : La Pyrale du buis

Si le Jardin Public était touché par la Pyrale, les dégâts seraient catastrophiques et on perdrait un patrimoine botanique exceptionnel et centenaire.

Les dégâts des chenilles de la pyrale du buis, en pleine expansion en France, sont considérables. L’insecte ravageur touche désormais 51 départements.

 

Il faut donc rester très vigilant afin de préserver cette pièce unique et rare d’Occitanie.